29 février 1916

... la vie monotone qu'on mène ici fatigue.

Au terme de deux mois de cantonnement et de préparation militaire à Grenade-sur-Garonne Émile Moureu et les autres conscrits de la Classe 1916 affectés au 14e d'Infanterie de Ligne reçurent, le 30 novembre l'ordre attendu autant que redouté du départ pour le front. Après quelques jours à Toulouse puis de voyage en train, le régiment prenait garnison à Brimeux dans le Pas-de-Calais le 6 décembre 1915.


Mardi, 29.

Sœurette,

J'ai reçu ta gentille lettre, pleine de regrets, malheureusement inutile : nous sommes toujours ici, jusqu'à quand ? Je ne sais, car ça barde là-bas, et notre offensive se déclenchera probablement bientôt.
Quand vous recevrez cette lettre, nous serons en mars, et mon opinion est que nous ne verrons pas ici le 1er avril, et nous ne demandons que ça, car la vie monotone qu'on mène ici fatigue.
Je suis très heureux que Pierre ait donné de ses nouvelles. Dans votre prochain colis, vous me mettrez deux caleçons en toile forte et assez large de l'entre-cuisses, parce que tous ceux que j'ai se déchirent, et aussi un peu d'eau de Cologne.
Après quelques jours de neige, le temps s'adoucit, on sent déjà le printemps venir, et il me tarde.

Je t'embrasse sœurette, ainsi que papa et maman, de tout cœur. E. Moureu.

 
Écouter la lettre du 29 février 1916

 

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !