20 juin 1916

S'il ne faut pas repartir, je puis compter venir dans 12 à 15 jours ...

Après moins de deux semaines passés à Beuvraignes sur le front de la Somme à travailler aux préparatifs des combats, le 20 juin 1916 le régiment d'Émile est renvoyé au repos à l'arrière à Chambors, dans l'Oise entre Gisors et Chaumont-en-Vexin où il était précédemment.


20 juin, 1916.

Chère maman,

Nous sommes bien contents, et je veux vous faire partager mon contentement. Nous voici revenus à Chambors, c'est-à-dire à la vie civilisée, au repos, et nous allons nous reposer avec délices.
A quand les permissions ? Je ne sais encore. S'il ne faut pas repartir, je puis compter venir dans 12 à 15 jours : je n'ose pas trop y rêver de peur d'une désillusion. Faites comme moi.
Avez-vous reçu des nouvelles de mon cher aîné ? Ferdinand m'a envoyé quelques mots où il me donne de ses nouvelles et de celles de Justin, qui a été nommé adjudant. Donc, pour le moment, toutes les craintes doivent cesser à mon sujet : je ne suis plus du côté de "Beuvraignes".

Mille baisers à papa, à Anna, et à toi, très chère maman, Émile.

 

 

 

  Écouter la lettre du 20 juin 1916

 

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !