29 juillet 1916

Enfin, à la guerre comme à la guerre ! Un avantage pourtant ! ...

Le 24 juillet Émile rentrait de permission à Sauveterre-de-Béarn et retrouvait son régiment toujours au repos à l'arrière, à Chambors dans l'Oise. Dès le 27 juillet cependant, tous repartaient en direction de Tracy-le-Val, quelques kilomètres à l'est de Compiègne dans un secteur a priori relativement calme à la limite de l'Oise et de l'Aisne.


29 juillet.

Sœurette,

Nous voilà arrivés, et Dieu sait dans quel pays perdu et habité seulement par une vermine, aussi variée qu'abondante. En revanche, il n'y a ni eau, ni vin.
Enfin, à la guerre comme à la guerre ! Un avantage pourtant ! Je ne crois pas que ça chauffe autant que dans l'autre secteur dont je vous ai parlé. Resterons-nous longtemps ici ? Mystère. Nous ne savons absolument rien.
Il fait un temps magnifique, plutôt chaud, et les avions se baladent à plaisir. Ah ! avec quelle mélancolie je songe à ces quelques jours de permission, passés si vite, un éclair quoi ! Mais qui laisse dans l'esprit et dans le cœur tant de visions si réconfortantes !

Je vous quitte, chers aimés, en vous donnant tout mon cœur,
Émile.
Changement de secteur : SP 73. A part ça, même adresse.

 

 

 

 Écouter la lettre du 29 juillet 1916

 

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !