17 septembre 1916

Après une bonne nuit, me voilà tout-à-fait remis.

Depuis le 16 août 1916 Émile est incorporé au 133e Régiment d'Infanterie de l'Est, sorti très durement éprouvé des combats du Bois de Hem. Le 21 août, il subit son baptême du feu en rejoignant pour la première fois les tranchées en plein combats engagés, à Cléry-sur-Somme (près de Péronne). Émile est au front depuis trois semaines, quand parvient à Sauveterre-de-Béarn la nouvelle de sa blessure à la tête causée par un éclat d'obus, lors d'un assaut donné dans la nuit du 11 au 12 septembre 1916 à Bouchavesnes-Bergen (Somme).


Sept, 17.

Ma chère maman,

Me voilà depuis hier après-midi dans un hôpital de Chartres. Le voyage m'avait un peu fatigué, hier au soir j'avais un peu de fièvre. Après une bonne nuit, me voilà tout-à-fait remis. Nous sommes soignés par une bonne-sœur, très bien par conséquent, dans de belles salles très propres, avec des lits où l'on enfonce délicieusement.

Mille baisers à tous, Émile.
Sergent Moureu, 133e, Hôpital mixte, rue de Bonnard (Chartres).

 

Écouter la lettre du 17 septembre 1916

 

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !