18 avril 1917

On parle d'émeutes assez importantes à Berlin. Si cela était bien vrai !

Depuis le début du mois de mars 1917, Emile a rejoint l'Ecole Spéciale militaire de Saint-Cyr où il suit une formation d'officier aspirant.


Saint-Cyr, le 18 avril 1917.

Sœurette,

Hier, ta lettre pleine de tendresse fraternelle, aujourd'hui la lettre aimante de mère : je suis favorisé, aussi je réponds immédiatement. Et je voudrais aussi, si c'était possible, combler par mes lettres un peu plus fréquentes, le vide que fait le manque de nouvelles de notre Grand.
Peut-être, à l'heure actuelle, avez -vous reçu quelques lignes de lui ? Je le souhaite de tout cœur. Je ne serais pas étonné, moi non plus, que les Boches gardent quelques colis. Oui, moi, je suis à l'abri encore pour longtemps, et j'avoue que je n'en suis pas bien fier, alors que les camarades se battent là-bas. Enfin, je me console en songeant que nous arriverons au bon moment.
J'ai l'impression que la bataille engagée en Champagne nous coûte affreusement cher : le 133e a perdu 3 compagnies entières, et par les nouvelles que reçoivent mes camarades de leurs régiments respectifs, il y a de la casse. Du reste, il n'y a qu'à se rendre compte du terrain, des positions formidables qu'on attaque ! On parle d'émeutes assez importantes à Berlin. Si cela était bien vrai ! Si enfin, la crise du "ventre" redonnait une volonté au peuple allemand ! Enfin, nous verrons !
J'attends des nouvelles d'Henri, mais je comprends fort bien qu'il soit très occupé. Je n'ai pas été depuis le jour de mon arrivée à Paris chez Jane Elissabaratz. J'attends la lettre qui me fera signe.

Adieu, sœurette, reçois ma bonne affection de frère.
Émile.

.

 

 Écouter la lettre du 18 avril 1917

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !