30 juillet 1917

Deux mots du Coq d'Or, où je déguste un savoureux apéritif...

La formation d'officier aspirant à l'École Spéciale militaire de Saint-Cyr s'est terminée, avec succès, au milieu du mois de juillet. Au terme d'une permission d'une douzaine de jours à Sauveterre-de-Béarn où il a assisté au mariage de sa soeur avec Henri Navaillès, d'une famille paloise, Émile, désormais officier, part rejoindre son régiment, le 23e d'Infanterie, à Bourg-en-Bresse sa ville de garnison.


Lundi soir, 30.

Ma chère maman,

Deux mots du Coq d'Or, où je déguste un savoureux apéritif : tu vois que le départ au front ne diminue en rien mes bonnes habitudes. Après ces délicieux jours de Sauveterre, un court séjour à Pau, et maintenant le voyage par étapes, j'ai quitté Henri à Bordeaux : il a continué directement. Les Navaillès m'ont reçu d'une façon charmante : je vous embrasse tendrement, Émile.

 

 

 

 

  Écouter la lettre du 30 juillet 1917

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !