05 novembre 1917

Et j'ai bien peur que le repos espéré ne soit qu'un mythe : ...

Depuis le 10 octobre, Émile et son régiment sont sur le front de Verdun et ses tranchées boueuses, alternant périodes en première ligne et en réserve.


5 nov.

Chers aimés,

Je suis gâté, autant que soldat peut l'être : une lettre presque tous les jours, tantôt de maman, tantôt de sœurette, et toutes m'apportent tant d'affection, tant de tendresse que j'en suis tout réchauffé. Encore dans mon trou pour un jour ou deux ! Et j'ai bien peur que le repos espéré ne soit qu'un mythe : contre-coup des affaires italiennes, et du déplacement de quelques-unes de nos divisions, nous descendrons cependant en réserve pour quelques jours.
J'ai aussi reçu les colis, la nuit dernière, vers 2 heures du matin, et j'ai déjà goûté avec délices ce délicieux "boum", ce beurre frais et ce fromage piquant, toutes ces bonnes choses qui rappellent la bonne vie de là-bas dans ce pays de mort et de pourriture. André Cazenave et Berthe Salies feront un beau couple, ma foi ! Là encore, cherchez l'influence de la sœur, pas ?

Adieu, chers aimés, je vous serre sur mon cœur.
Je n'ose encore parler de ma permission que j'escompte dans un mois. Embrassez Pierre et Henri.
Émile.

 

  Écouter la lettre du 5 novembre 1917

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !