02 janvier 1918

Donnez-moi beaucoup de nouvelles, de tous.

Le 1er janvier, après une douzaine de jours de permission à Sauveterre-de-Béarn, Bordeaux et Paris, Emile rejoint son régiment stationné en Lorraine, dans le « pays de Jeanne la Pucelle », dans les villages de Einville, Valhey, Serres, Maixe et Bauzemont, en Meurthe-et-Moselle (près d'Hénaménil et de l'étang de Parroy, au nord de Lunéville et à l'est de Nancy). Les premiers jours, le retour aux armées est moralement pénible, la parenthèse des heures de bonheur en permission difficile à refermer. La dureté de l'hiver lorrain et les longues journées d'attente désoeuvrée entretiennent malgré lui Emile Moureu dans une humeur lourde et cafardeuse.


2 janvier.

Ma chère maman,

Me voici arrivé dans des régions lointaines et froides, mais assez calmes : de nouveau à peu près adapté au milieu, le cafard a disparu, et la vie recommence...
Parfois cependant je jette quelques regards en arrière, vers ces douces journées de permission, dans cette atmosphère familiale si bonne à respirer. Enfin, ne songeons qu'à l'avenir ! Avez-vous des nouvelles d'Henri ? Donnez-moi beaucoup de nouvelles, de tous.

Chers aimés, je vous serre sur mon cœur.
Émile.

 

 

 

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !