06 avril 1915

La vie de soldat, mon Dieu, jusqu'à présent, pas trop désagréable, une vie de flemme et d'appétit.

Émile Moureu arrive à Toulouse, où il est incorporé, comme soldat au 14e Régiment d'Infanterie de Ligne.


 

Toulouse, 6.

Bien chers parents,

Il est 7 heures du soir, je prends mon café dans Toulouse, une fort intéressante et originale ville d'ailleurs. Oui, déjà militaire des pieds à la tête, depuis la tête magnifiquement dénudée jusqu'aux pieds désespérément allongés. La vie de soldat, mon Dieu, jusqu'à présent, pas trop désagréable, une vie de flemme et d'appétit. Je suis déjà affecté à une compagnie, à la 27ème, où je cotoie des poilus de 40 ans. Nous sommes 4 élèves-officiers qui avons passé l'examen ensemble à Pau, et quand les "bleus" arriveront, nous serons déjà des anciens. Les Elissabarats ont été très heureux de me voir, nous avons longuement causé de tout et de tous. A Sauveterre, quoi de nouveau ? Répondez-moi vite, et si vous recevez des lettres pour moi, envoyez-les à l'adresse ci-dessous.

Votre fils et frère qui vous aime, Emile.

Soldat E. Moureu, 27e Compagnie, 14e de Ligne, Toulouse.

 

Écouter la lettre du 6 avril 1915

Le Musée Massey à Tarbes

Les trois documents présentés proviennent du Musée Massey de Tarbes auquel la famille d'Émile Moureu en avait fait don.

Le Musée Massey est le premier musée au monde à présenter une collection retraçant l’histoire des Hussards.
Ce corps d’armée de cavalerie légère, qui puise ses origines en Hongrie, a contribué au renom de la ville de Tarbes.

Site internet du Musée Massey de Tarbes

 

Ne manquez pas de lettre ...

Pour vous inscrire à la lettre de diffusion, merci de nous contacter : pireneas@agglo-pau.fr

ou rejoignez-nous sur Facebook pour suivre la saga épistolaire d'Émile !